Le curseur : le zéro déchet sans complexe !

Le curseur : le zéro dechet facile et sans complexe !

Voilà un sujet qui me tient particulièrement à cœur. Même si tout le monde se préoccupe de sa santé, chacun a son propre rapport à l’écologie. Pour certains, ce n’est absolument pas quelque chose qui les inquiète ; pour d’autres c’est essentiel d’agir pour la planète. Mais beaucoup de personnes se situant entre les deux y sont sensibles sans pour autant agir en fonction. Pourquoi cette inaction et comment s’y mettre de la meilleure façon ? Je vous donne mon avis avec quelques éléments de réponses dans cet article.

Encore faut-il savoir quoi faire !

Selon moi, la raison numéro 1 à l’origine du peu d’actions mises en œuvre par tous est le manque d’information.

Si je retourne un an en arrière et que je devais dresser le portrait de mon rapport à l’écologie je dirai ça : « la planète n’est pas au mieux, je fais ce que je peux pour en prendre soin. Je ne gaspille pas l’eau ou l’électricité bêtement, je ne jette pas de déchets dans la rue, je fais le tri dans mes poubelles… » Et c’est à peu près tout ! « Tant que les industriels ne font rien ce n’est pas à mon niveau que je peux faire évoluer les choses ».

Côté santé, c’est pareil. Je prends soin de mes filles, j’essaye d’éviter les fast food (pour leur faire plaisir, ça m’arrive d’y aller), j’ai rarement soda ou bonbons à la maison et je les éduque de cette manière : de temps en temps c’est bien mais pas tous les jours.

Le lien santé/environnement

Voilà donc la raison principale qui, selon moi, est la cause de la passivité d’une bonne partie de la population. Les informations sont disponibles sur internet pour trouver des solutions à tous ces problèmes. Mais il faut être honnête : cela nécessite un gros travail de recherche et du temps pour réussir à mettre en place les bonnes habitudes.

La transition vers le zéro déchet prend du temps
Par où commencer ? Faire le tri dans toutes les informations disponibles n'est pas évident et prend du temps

La bonne nouvelle c’est qu’en cherchant à adopter de nouvelles pratiques pour notre santé et celle de nos enfants, nous agissons la plupart du temps pour la planète sans que cela demande d’effort supplémentaire. Alors maintenant, on fait quoi ?

« Chi va piano va sano »

Passé ce petit clin d’œil à ma cousine italienne et à mes origines, voici la réponse à la question précédente : on va à son rythme ! Une fois convaincu par l’intérêt de faire bouger les choses, il est important de ne pas vouloir tout faire d’un coup. Le risque est de se laisser déborder après quelques semaines. Ce changement nécessite une certaine organisation au départ et de nouvelles habitudes à prendre. Si elles sont toutes prises en même temps, il y a de grandes chances pour qu’elles ne durent pas, vous risquez de faire machine arrière à la première difficulté.

   Réussir les premiers objectifs va engendrer satisfaction personnelle et dynamique positive.

Le mieux à faire, c’est d’identifier l’endroit où vous souhaitez voir un impact fort sur vos gestes du quotidien, sur ce qui est le plus important pour vous. Commencer à diminuer l’utilisation du plastique pour limiter votre exposition face aux perturbateurs endocriniens par exemple ! Ces habitudes à prendre sont, pour la plupart, vraiment simples. Les mettre en place petit à petit va rajouter le sentiment de facilité dans votre transition. Et le plaisir suivra, vous pouvez me croire !

Et le curseur dans tout ça ?

Trouver des raisons pour aller vers un monde durable n’est pas le plus compliqué. Être irréprochable sur tous nos gestes et nos actes l’est beaucoup plus, c’est peut-être même impossible ! Je ne pense pas qu’en faire un objectif soit vraiment une bonne chose. Tendre vers ce concept et cette philosophie est déjà une réussite en soi ! C’est là qu’intervient le curseur.

   Chacun a son curseur et le fait avancer à son rythme, jusqu’à un certain point. Ce curseur évolue continuellement selon nos envies, nos possibilités et surtout nos moyens.

En développant cette démarche, de nombreuses choses devraient changer dans votre quotidien. Mais il vous arrivera de buter sur tel ou tel petit truc bien à vous, qui vous demande un sacrifice énorme en cherchant à le changer. Pas de panique, c’est le cas pour tout le monde ! Il ne faut pas se sentir jugé de bloquer sur une étape que d’autres ont franchi plus ou moins facilement. Le simple fait de réfléchir à d’autres alternatives à mettre en place est déjà un excellent début et démontre votre intérêt à faire bouger les choses.

Remettez simplement cette action à plus tard (ou pas !) et concentrez-vous sur ce qui est le plus simple pour vous à changer.

Il ne faut pas attacher d’importance aux habitudes qu’on n’arrive pas à changer mais plutôt à celles qu’on réussit à faire évoluer !

Transition écologique - Mon Coach Zéro Déchet

La conclusion du colibri

Faire bouger les choses à notre échelle nous paraît souvent impossible. J’ai aujourd’hui un avis totalement inverse à ce sujet. Telle l’histoire du colibri voyant sa forêt en feu, s’activant à essayer de l’éteindre avec le peu de moyen dont il dispose, je pense que chaque geste individuel compte ! Regarder la forêt et voir l’incendie se propager ou faire ce qui est possible avec mes moyens pour l’arrêter ? Mon choix est fait, je décide de faire ma part du job !

Gandhi disait : « le bonheur, c’est quand vos actes sont en accord avec vos valeurs ». Je crois que cette manière de vivre zéro déchet peut être résumée en cette seule et unique phrase. La satisfaction de faire des petites choses qui sont directement liées avec nos convictions est un sentiment particulier. Pour moi, c’est un plaisir de trouver régulièrement une petite astuce que je ne connaissais pas, qui va me permettre d’évoluer encore un peu plus vers ce mode de vie ! Et c’est encore plus plaisant d’en parler autour de moi pour informer d’autres personnes qui seraient susceptibles d’améliorer leur quotidien

Commentaires

5
5,0 rating
Moyenne de 5 sur 5 (1 avis)
Excellent100%
Très bien0%
Bien0%
Mauvais0%
Très mauvais   0%

Super contenu

5,0 rating
22 mars 2019

J’aime beaucoup votre vision des choses, moi aussi je fais partie des personnes qui veulent agir sans savoir forcément quoi faire.
J’ai une petite question un peu en rapport avec votre texte : j’ai un conjoint qui n’est pas dans cette démarche et qui prend la mienne comme une lubie, en disant que ça me passera.
Comment faire pour le faire changer d’opinion ???
J’ai du mal à faire évoluer sa mentalité sur l’environnement alors que c’est qqchose qui compte pour moi.
En tout cas, j’apprend beaucoup en lisant vos articles. BRAVO pour cette activité et merci pour toutes ces infos !

Maud

Réponse de Mon Coach Zéro Déchet

Bonjour Maud, merci pour votre message 🙂
Pour répondre à votre question, je dirai qu’il faut lui laisser du temps et surtout évoluer dans cette démarche avant tout pour vous. Si il n’adhère pas au départ, continuez à prendre vos habitudes de votre côté petit à petit, glissez-lui un petit mot de temps en temps quand vous faites quelque chose liée au Zéro Déchet, en lui expliquant pourquoi et les avantages qu’il y a à le faire (santé, environnement, économique…). Je suis persuadé qu’il y viendra naturellement. Et si vous avez des enfants, cela devrait être encore plus simple. Le côté organisation au départ peut être compliqué mais si vous faites ça en amont par conviction, il n’aura plus qu’à suivre le rythme une fois que vous serez lancée !
Bravo à vous pour votre transition !
A bientôt.
Emeric

Laisser un commentaire

Bannière Mail Mon Coach Zéro déchet

Vous souhaitez être appelé ?


Mon Coach Zéro Déchet vous contactera le plus rapidement possible.

En soumettant ce formulaire, vous acceptez notre politique de confidentialité.